dimanche 27 décembre 2009

Politique en Tunisie, parlons-en (partie 1/3)

Je réagis dans ce post à un post de "Penser et agir" intitulé : "En Tunisie, le RCD est plus représentatif de la démocratie que la « blogosphère »: Démonstration aux sceptiques ". Comme je l'ai déjà dit, je souhaite la bienvenue à nos amis RCD'istes, mais cela ne m'empêchera pas de leur dire ce que je pense et de les contredire s'il le faut. Je pense que leur présence sur cet espace blogosqphérique tunisien est plus que nécessaire, encore faut-il débattre avec des arguments et non avec des articles copiés / collés, ce qui heureusement le cas de "Penser et Agir".

Le RCD : Un Parti qui n’est pas parti de rien

Le Néo-Destour, le vrai parti d’indépendance de la Tunisie, a été créé en 1934 à Ksar Hellal. Il a été créé par l’initiative de tunisiens avides de liberté qui ont cru comprendre que le Destour, noyauté par une bourgeoisie molle, travaillait plus pour ses intérêts que pour la libération du pays.

=> Il s’agit de votre version et de votre interprétation de l’histoire du pays. Seuls des historiens compétents peuvent nous confirmer (ou pas) que le Destour (créé en 1920) était « noyauté par une bourgeoisie molle, travaillait plus pour ses intérêts que pour la libération du pays »

=> En outre, vous montrez une obsession à vouloir démontrer la « légitimité » historique de votre parti alors que le RCD est différent du Néo Destour pour la simple raison que les deux évoluent dans des contextes historiques, géopolitiques et sociologiques complètement différents.

=> Si je voulais être comme vous, je dirais aussi que le Mouvement Ettajdid a des racines qui remontent à 1920, date de la création du Parti Communiste. Je dirais aussi que des militants communistes ont participé activement à la libération du pays puis à son édification. Je citerais seulement trois noms : Ali Jrad, Mohamed Nafaâ et Georges Adda. Je dirais aussi que ce pays n’a jamais été monolithique et qu’il y avait de la diversité au sein même du mouvement national.

Une fois l’indépendance acquise en 1956, le Néo-Destour deviendra le Parti Socialiste Destourien (PSD ; Destour = Constitutionnel) et officialise sont appartenance à l’international socialiste. Il faut souligner à cet égard les énormes efforts consentis par le PSD dans la création d’une cohésion et d’une organisation politique à un pays qui venait tout simplement de sortir d’une longue période de gouvernance royaliste (les Bey husseinites jadis appuyés par l’empire Ottoman). C’est la période de la construction from scratch d’un pays entier qui était en protectorat depuis 1881.

=> Ce n’est pas très précis : le parti a gardé son nom (Parti Destour) jusqu’en 1964 où il est devenu le Parti Socialiste Destourien. Je crois aussi que c'est en cette année qu'il adhère à l’Internationale Socialiste (information à vérifier).

=> Mettre l’édification du pays après la période monarchique (et non royaliste) et après la colonisation sur le crédit du seul PSD me semble réducteur et très injuste envers des femmes et des hommes, souvent fonctionnaires non politisés de l’Etat naissant, qui ont consacré leur existence à cette tâche. L’édification du pays aurait été aussi entravée s’il n’y avait pas une partie des anciens colonisateurs qui est restée par volonté d’aider et de « passer le flambeau ». Contrairement à nos voisins Algériens nous ne sommes pas retrouvés seuls le lendemain de l’indépendance.


Les difficultés économiques de la Tunisie au début des années 80 et la longue maladie du Président Bourguiba ont nécessité l’inscription d’une nouvelle page de l’histoire et de lancer un redémarrage à neuf de la machine. Le Président Ben Ali tend la main à toute l’opposition (y compris les islamistes) et les associe à l’avènement du Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD). L’objectif est clair : garantir un minimum de positions politiques unitaires, assainir la situation économique du pays et mettre les bases de la démocratie.

=> Ben Ali aurait voulu réunir tout le monde dans le même parti ? Je ne crois pas ! Je pense que vous voulez parler du Pacte National, signé en 1988 par les forces politiques du pays afin de garantir un socle commun de principes et de valeurs partagés. Il ne s’agit nullement de réunir tout le monde dans le même PARTI. Ce serait absurde, et même suicidaire (des partis d’opposition avaient déjà une existence légale à cette époque là).

=> Vous savez mieux que moi que le RCD a été proclamé officiellement en 1988 (peut-être le 20 mars 1988 ou peu avant). Que s’est-il passé depuis le 7 novembre ? Et bien, le parti au pouvoir a passé un peu de temps à se rassembler autour du nouveau président, le mouvement de rassemblement s'est fait donc à l'intérieur de l'ex-PSD, et non à l'extérieur.

Le RCD est donc l’héritier direct du parti de l’indépendance et de celui de la construction et a vocation à rassembler tous les tunisiens.

=> Je ne pense pas que ce soit bien pour le RCD de rassembler TOUS les Tunisiens. Je ne pense même pas que les hauts dirigeants de ce parti soient d’accord avec votre phrase. Premièrement il y a des Tunisiens qui ont des convictions politiques différentes de celles du RCD, le fait qu’ils soient au RCD nuit gravement à ce parti et à son besoin de cohérence et d’intégrité idéologique. Deuxièmement, une telle volonté, à supposer qu’elle existe, est foncièrement anti-démocratique et contredit la lettre D dans RCD.

Lorsque les islamistes ont commencé à préparer un véritable coup d’Etat lors de la première guerre du Golfe, l’union a éclaté et l’ouverture démocratique initiée par Ben Ali s’est heurtée à la violence et à la démagogie des islamistes et des gauchistes orphelins de l’ex-URSS.

=> A ma connaissance l’union autour du Pacte National (si c’est bien de cela qu’il s’agit ici) n’a jamais éclaté.

=> Si la violence est condamnable, la démagogie, elle, ne l'est pas. Un démgogue a le droit d'exister (à supposer qu'il soit vraiment démagogue). Chacun a le droit d'être démagogue, con, tout ce qu'il veut... tant qu'il respecte le jeu pacifique de la démocratie.

=> J’espère pour vous que vous êtes au moins au courant que tous les gauchistes ne sont pas orphelins de l’ex-URSS. Le RCD est lui-même un parti gauchiste.


Cette synthèse met les bases du contexte dans lequel le RCD s’est développé et continuera encore à avoir une voix particulièrement influente dans le paysage social et politique tunisien.

=> OK, la suite demain !

13 commentaires:

Houssein a dit…

Suite du débat sur mon blog : Du RCD et de la Tunisie

Penser et Agir a dit…

Merci de vous saisir de ce débat qui annonce des échanges intéressants à l'aube de la nouvelle année 2010!! Je me permets à cette occasion de te présenter, ainsi qu'à Houssein (qui a relayé très directement ce débat sur son blog !!!), mes meilleurs voeux par anticipation.

Venons-en au fait... je ne suis pas un historien et je ne pense pas que l'ambition de mon post était de faire une analyse historique fine. Nous laisserons çà aux spécialistes qui y passent une vie "au moins" pour, au final, soutenir une hypothèse contre une autre sans jamais apporter de certitudes. Ce que j’ai essayé de présenter était la vision historique "bold lines" de ce qui est communément considéré comme vrai au sein du RCD et de ses militants.

Ce sur quoi je souhaite insister est que le RCD est dans la continuité de la lignée de départ des libérateurs, de ceux qui étaient assis à la table des négociations avec les français et non pas les communistes. Les communistes ont eu un rôle plus qu’important dans l’organisation de la résistance civile contre les nazis en France lors de l’occupation, mais malgré çà, ils n’ont jamais eu la confiance des électeurs pour gouverner. Je ne vais pas polémiquer sur le désastre de la période communiste des coopératives en Tunisie et de ses conséquences...
Pour résumer : Le mouvement national n’était pas monolithique, OUI. L’union nationale était autour de Bourguiba, qui a fait une scission du Destour à cause de l’embourgeoisement de ses membres, et non pas autour des communistes. Le PSD a été socialiste (et même communiste à un moment) mais le RCD d’aujourd’hui est un parti de la troisième voie. Je le situerais sur la ligne de fracture entre la social-démocratie et le centre droit. C’est un parti qui a évolué et qui s’est adapté (contrairement aux idéaux d’Ettajdid qui appelle à soutenir Cuba et la Corée du Nord dans le programme de Brahim... ils sont dans l’air du temps quoi !!!).

Je vais passer sur la période d’après 88 où les islamistes, pourtant rassurés par Ben Ali sur la continuité de leurs activités, ont piétiné le Pacte National et ont tout fait pour mettre le pays dans le chaos en 1990-91. Je me rappelle très bien de cette période, des 15 jours de repos forcé de l'éducation nationale et des cortèges de manifestants...

Le RCD est à l’image de la Tunisie. Lui-même n’est pas monolithique et continue d’avoir plusieurs courants qui le tirent tantôt vers la droite, tantôt vers la gauche, vers le peuple, vers la bourgeoisie, etc. Le RCD est le parti qui porte en lui toutes les contradictions de notre société et tous les comportements que vous critiquerez "au" et "du" RCD seront aisément généralisable à l’ensemble des tunisiens.

J’attends la seconde partie. Merci
http://penseretagir.blogspot.com/

Houssein a dit…

Juste une petite précision, c'est le PUP qui soutient Cuba et la Korée du Nord dans son programme, et non Ettajdid. Ettajdid se définit comme un parti social-démocrate de centre gauche et ce depuis son congrès de juillet 2007.

Concernant le RCD, je te rejoins pour dire que dans le paysage politique tunisien, c'est un parti qu'on peut qualifier de centre. D'ailleurs c'est normal : un parti qui se veut populaire ne peut être que de centre.

H B J a dit…



comme j'ai écrit sous l'article de Houssein

Je viens de survoler l'article et les commentaires

je tiens avant de reprendre une lecture plus approfondie

Je tiens a remercier mani et Hussein pour ce beau débat d'idées ,

j'attendais depuis deux mois que quelqu'un laisse de coté ce sujet de patriotisme et s'intéresse enfin a un vrai débat d'idées de gens sérieux et respectueux .

H B J a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
H B J a dit…



Venons-en au fait... comme a dit Penser et agir

Primo

Concernant la légitimité de la succession néodestour-psd-rcd

Houssein te répond et je suis d'accord avec lui

"
L'article du blog Penser et Agir, sus-mentionné, est intéressant parce qu'il est le reflet du discours et de la ligne du Parti concernant la légitimation de l'hégémonie sociale et politique du RCD. Une légitimité d'abord historique comme le résume l'article (rectifié par Mani) que personne ne nie il me semble. Le Néo Destour, puis le PSD ont joué un rôle primordial au sein du mouvement national pré-indépendance, puis pour bâtir un pays indépendant moderne et progressiste. Même si, comme le souligne Mani, la Tunisie indépendante on la doit à tous les tunisiens qui ont participé à sa construction indépendamment de leurs appartenances politiques,

il n'en reste pas moins que le PSD y a joué un rôle central et prépondérant
"

D'ailleurs je vois pas de problème si on dit que Ettajdid aussi a ses racines dans le parti communiste de temps de Adda

Je vois pas pourquoi tu insiste a nier que le RCD est le fils du PSD
et le petit fils de neo destour ?

et tu nie par la suite qu'ettajdid est fils de P C T

un ami d'ettajdid m'a dit (c une info a vérifier) que lors de la création d'ettajdid , ils ont souligné et insister sur le fait qu'ettajdid était issu du PCT

الوريث الشرعي للحزب الشيوعي التونسي

et c que tou le monde pensent, je trouve bizarre ta position, cher mani

J’espère que le blogger Soufiane Chourabi proche de ce mouvement viendra trancher sur ce ce point

par exemple ce blogger parle de

تعد «حركة التجديد» أقدم أحزاب المعارضة باعتبارها امتدادا للحزب الشيوعي ...


ici



autre chose très importante, tout le monde sait qu'accéder a de haut postes dans l'état tunisien était réservé seulement aux cadres du parti PSD , une pratique aboli par RCD

on a eu des ministres de gauche comme Mohamed Charfi après 1987 par exemple

H B J a dit…



Voila un extrait du lien que j'ai donné la haut pour mieux cibler l'idée

من الحزب الاشتراكي الدستوري إلى التجمع الدستوري الديمقراطي : الخطاب الجديد والانفتاح السياسي

أثار بعض المثقفين خيار إنشاء حزب جديد «حزب التغيير»، مباشرة إثر التحوّل، بديلا عن الحزب الاشتراكي الدستوري. غير أن الرئيس زين العابدين بن علي قرر التمسّك بالحزب على أساس تجديده بإعداده للتعايش مع المعارضة في الحياة السياسية للبلاد وذلك بتغيير خطابه وباستعادة بعده الجماهيري بالانفتاح على مختلف النخب والفئات الاجتماعية.

- الخطاب الجديد

بدأ إصلاح الحزب بتغيير تسميته إثر النقد الذاتي الذي شخص ملامح الوهن فيه وأسبابه فكانت التسمية الجديدة : التجمع الدستوري الديمقراطي (فيفري 1988). ويحمل استبدال تسمية «الحزب» بـ «التجمع» دلالة واضحة على فكرة جمع التونسيين والتونسيات حول مشروع مجتمعي جديد، كما يعني التفتّح على كل الشرائح والفئات ومختلف مكونات المجتمع في إطار برنامج السابع من نوفمبر. وهدفت عبارة «الدستوري» إلى المحافظة على عراقة التنظيم، بينما قصدت عبارة «الديمقراطي» التوجه الذي أعلنه بيان السابع من نوفمبر إلى تكريس التعددية في البلاد.

وقد بدأ الإصلاح داخل الحزب بمصالحة مع تاريخه. وسبق أن أقرّ بيان السابع من نوفمبر الدور المتميّز للزعيم الحبيب بورقيبة. وتواصل الاعتراف له بالفضل التاريخي في حياته وعند وفاته (6 أفريل 2000).

وتواصل الإصلاح بتجديد الخطاب السياسي للحزب حتى يواكب تطوّر المجتمع التونسي ويتدارك القطيعة الفكرية التي ظهرت مع النخب والشباب. وتمحور تجديد الخطاب السياسي للتجمع حول مشروع بن علي لإرساء دولة القانون والمؤسسات وتعزيز حقوق الإنسان وتكريس التعددية ودعم المجتمع المدني ونشر قيّم التضامن والتسامح.

H B J a dit…



voila aussi un interview que j'ai publié y a longtemps sur mon blog

التجمع خرج نهائيا من عقلية الحزب الواحد


le problème c que quand je copie ceci pour donner des preuves sur mon opinion on m'accuse de spam et copier coller comme tu as évoqué dans ton article

or je trouve nécessaire ce genre de copier coller pour donner une force a mes propos , vu que je suis pas le porte parole officielle de RCD dans la blogosphère

je suis avant tout un citoyen passionné de débat politique rien plus .

H B J a dit…



un autre extrait que je juge important et logique

أحزاب المعارضة

في البداية، تميّزت في المعارضة السياسية الأحزاب القانونية عن الحركات السياسية غير القانونية، والمحدد هو القانون الجديد للأحزاب السياسية الصادر في 3 ماي 1988 الذي أسس لأرضية الانتقال من الأحادية إلى التعددية. ويحدد هذا القانون ضوابط تواجد الأحزاب على الساحة السياسية. فيشترط أن يلتزم الحزب بالطابع الجمهوري للدولة وبمبدإ سيادة الشعب والمكاسب المتعلقة بالأحوال الشخصية، وأن لا يعتمد برنامجا أو نشاطا على قاعدة دينية أو عنصرية أو جهوية، وأن ينبذ العنف بجميع أشكاله. وترمي هذه الضوابط إلى إبعاد التطرّف عن الحياة السياسية وتأمين المسار التعددي في نطاق الاعتدال بما يسمح بقطع أشواط جديدة على درب التحرر السياسي والتنمية الشاملة.

وتعد «حركة التجديد» أقدم أحزاب المعارضة باعتبارها امتدادا للحزب الشيوعي التونسي الذي أسس في عهد الحماية (1920). وقد حصلت على التأشيرة القانونية في 15 سبتمبر 1993.

أعلنت «حركة التجديد» في 5 جوان 1995 أنها «حركة ديمقراطية وطنية» تريد أن تكون «نواة أولى لحركة أوسع لا يمكن أن تكون إلا تقدمية وعقلانية وعصرية». وللحركة دورية بعنوان "«الطريق الجديد"« ولونها المميّز هو الأزرق. وهكذا، سايرت «حركة التجديد» السياق التعددي في عهد التغيير مع تواصل توجهها نحو اليسار.

H B J a dit…


Secondo cher mani

Vous avez dit
"
Je dirais aussi que des militants communistes ont participé activement à la libération du pays puis à son édification.
"

Selon la même source que j'ai cité la haut le but des militants communistes n'était pas la libération de la Tunisie leur but était d'unifier la prolétariat tunisienne avec la prolétariat française , leur combat n'était pas pour la nation tunisienne , leur combat était plutôt idéologique .

Mani l'Africain a dit…

@ Penser et Agir : Merci et meilleurs voeux pour 2010, un peu en avance.

J'ai un conseil pour vous : apprene à connaître vos adversaires politiques. Ettajdid n'a pas soutenu la Corée du Nord ni Cuba. Encore une fois vos imprécisions nuisent à notre échange. Merci à Houssein d'avoir rectifié cette information.

Je ne sais pas si vous trouvez normal qu'un parti aussi puissant que le RCD ait une ligne idéologique aussi floue. L'impératif de la mobilisation prime-t-il sur la clarté de la ligne politique ? Pourquoi est-il tiré "tantôt vers la droite, tantôt vers la gauche, vers le peuple, vers la bourgeoisie, etc" ??

Mani l'Africain a dit…

@ HBJ : je ne nie pas que Ettajdi est le fils du PCT. Mon allusion au PCT était un exemple pour vous montrer que l'histoire du pays ne se confond pas avec l'histoire du Néo-D, PSD et RCD.

Maintenant en tant que "fils" du PSD quelles sont les erreurs du PSD que vous êtes prêts à admettre ? La fraude de 81, personne n'en parle au RCD ! (voir toutes les erreurs énumérées par Houssein).

Le débat n eporte pas sur Ettajdid mais bien sur le RCD et ses ancêtres. Il est clair pour moi que le PCT a fait des erreurs mais cela n'est pas en commune mesure avec les erreurs du PSD, pour la simple raison que ce parti (sous ses différentes appellations) a tenu le destin du pays entre ses mains pendant plus de 50 ans !

dare dare a dit…

dare dare
l historique vous enchante.c est bien
et maintenant.les rouages qui ne fonctionnent pas prenez le risque d en parler.nos propos sont lues
et pris en charge