mercredi 25 novembre 2009

De l'éternel retour

Le même ne revient pas, c'est là une vérité que l'on sait depuis notre plus jeune âge. Mais donc, si le même ne revient pas, qu'est-ce ce mouvement circulaire qui avance, telle une roue, vers notre finalité ?

Je vous dis l'éternel retour : il nous lie au Surhomme, il nous tire vers ce qui est plus haut et plus beau et plus éternel que nos existences terrestres.

Je vous dis l'éternel retour : il est joie et sérénité, don et sourire, chant et eau qui coule.

Je vous dis l'éternel retour : ce n'est pas le même qui revient, mais c'est l'être qui devient Revenir. Ce n'est pas la répétition de ce que nous connaissons déjà, mais l'avènement de quelque chose que nous connaissons déjà en nous.

Je vous dis l'éternel retour : il procède de la vertu qui lie et de la vertu qui donne. Il dit le Grand Oui et il est rond comme un O. Comme un Oui. Comme une roue, comme le temps qui passe.

Il est l'instrument du destin. Sans lui nous n'aurions jamais entrevu le Surhomme. Sans lui, Zarathoustra n'aurait pas prononcé des paroles aussi sages et aussi élevés.

Sans lui, je ne serai pas là à vous parler de lui.

1 commentaire:

MAD-DM a dit…

Il me semble que tu as fait un grand voyage... prêt pour sauter au-dessus du grand feu de la vie ?